Revivre le récit du 11 février 1858

« J’allai au bord du gave ramasser du bois avec deux autres petites. Elles passèrent l’eau ; elles se mirent à pleurer. Je leur demandai pourquoi pleuraient-elles ? Elles me répondirent que l’eau était froide. Je les priai de m’aider à jeter des pierres dans l’eau afin de passer sans me déchausser ; elles me répondirent que je devais faire comme elles. Alors, je fus un peu plus loin pour voir si je pouvais passer sans me déchausser. Je ne pus pas. Alors je revins devant la grotte pour me déchausser. Comme je commençais, j’entendis une rumeur. Je me tournai du côté de la prairie ; je vis que les arbres ne se remuaient pas du tout. Je continuai de me déchausser ; j’entendis la même rumeur. Je levai la tête en regardant la grotte. Je vis une Dame habillée de blanc : elle avait une robe blanche et une ceinture bleue et une rose jaune sur chaque pied, couleur de la chaîne de son chapelet. Quand j’eus vu cela, je frottai mes yeux ; je croyais me tromper. Je mis la main dans ma poche ; j’y trouvai mon chapelet. Je voulais faire le signe de la croix ; je ne pus pas porter la main au front : elle m’est tombée. La vision fit le signe de la croix. Alors, ma main tremblait ; j’essayai de le faire et je pus. J’ai passé mon chapelet ; la vision faisait courir les grains du sien, mais elle ne remuait pas les lèvres. Quand j’eus fini mon chapelet, la vision disparut tout d’un coup. J’ai demandé aux autres si elles n’avaient rien vu, elles me dirent que non. Elles me demandèrent ce que c’était, que je devais leur dire. Alors, je leur dis que j’avais vu une Dame habillée de blanc, mais que je ne savais pas ce que c’était, mais qu’elles ne devaient pas le dire. Ensuite elles me dirent que je ne devais plus y revenir ; je leur dis que non. »

Extrait du premier récit autographe des Apparitions, adressé « Au très honoré P. Gondrand, des Oblats de Marie-Immaculée, à Bétharram ». Ce récit manuscrit a été précédé d’innombrables récits oraux faits par Bernadette aux pèlerins et de plusieurs « dépositions » devant des personnages officiels.