Revivre les Journées de Lourdes 2022

Publié le 16 février 2022 - 09:26

Les Journées de Lourdes sont un rendez-vous annuel attendu par tous les organisateurs internationaux du pèlerinage. Autour de la fête de Notre-Dame de Lourdes, le format des Journées de Lourdes a été pensé pour permettre à tous de les vivre sur place ou à distance.

Les Journées de Lourdes se sont déroulées les 10, 11 et 12 février derniers, à l’église Sainte-Bernadette, entièrement équipée pour recevoir les organisateurs de pèlerinages dans les conditions sanitaires requises et pour connecter les participants à distance.

Génération Lourdes : « Allez dire aux prêtre »

Mgr. Olivier Ribareau-Dumas, Recteur du Sanctuaire, qui a ouvert ces journées disait que « Tout est grâce » malgré la sécularisation. « Tout est grâce » parce que la crise que nous traversons a fait parler de Lourdes et c’est une bonne chose. « Tout est grâce » car la dimension touristique peut toujours déboucher sur une grande expérience spirituelle.
C’est bien Marie qui a demandé que l’on vienne ici en pèlerinage. Et dès les premières apparitions, les foules ont été nombreuses à accompagner Bernadette, certains par curiosité, d’autres déjà, animés par une foi profonde. C’est Marie qui a invité, accueilli et soutenu Bernadette dans ses visites régulières à la grotte de Massabielle entre février et juillet 1858. Marie en demandant à Bernadette de lui faire la grâce de venir pendant 15 jours, lui a fait un magnifique cadeau, un don incommensurable : celui d’entrer dans une relation d’amour qui lui ouvre le bonheur de l’autre monde dont elle parlera.

« Les jeunes, ils ne sont pas l’avenir de l’Eglise ; ils en sont le présent. »

Nous sommes appelés à répondre à l’invitation de la Vierge Immaculée « Allez dire aux prêtres de bâtir ici une chapelle et de venir en procession ». Et pour cela il faut faire appel à toutes les bonnes volontés. Pendant ces Journées on a parlé des jeunes car – comme dit le Recteur de Lourdes – « Les jeunes, ils ne sont pas l’avenir de l’Eglise ; ils en sont le présent. » Et les jeunes ont demandé aux directeurs de pèlerinage et aux présidents des Hospitalités de leur faire confiance. Les jeunes n’ont pas la même notion de l’engagement, mais leur fraîcheur et leur spontanéité a du bon. La pastorale des jeunes n’est pas une pastorale à part, elle doit être adaptée aux jeunes générations. La mission de Lourdes a été confiée à une jeune pauvre, malade et pas tout à fait en règle avec l’Église, car elle n’avait pas encore fait sa première communion…