25 mars 1858 : la Dame dit son nom

Publié le 5 mars 2020 - 09:32

Avant la fin de la première quinzaine des apparitions, trois secrets sont confiés par la Dame à Bernadette, le 1er mars, lors de la 12e apparition, avec cette recommandation expresse : « Je vous défends de dire cela à personne. » Bernadette rencontrera la Dame encore 4 fois, jusqu’au 25 mars, où elle révélera son nom.

1er mars : premier miracle et 12e apparition

Le lundi 1er mars, alors qu’il fait encore nuit, arrive à la grotte Catherine Latapie, venue à pied depuis le village voisin, Loubajac. Elle trempe son bras paralysé dans l’eau de la source qui retrouve aussitôt toute sa mobilité ! Elle s’empresse de repartir, elle accouchera de son quatrième enfant ce jour-là. La guérison de Catherine Latapie est le premier miracle de Lourdes. En chemin, elle a croisé une fillette avec un capulet sur la tête, Bernadette, qui vient pour sa douzième rencontre avec Aqueró (cela en patois bigourdan), comme l’appelle Bernadette. Lors de cette 12e apparition, la « demoiselle » lui confiera trois secrets avec cette recommandation : « Je vous défends de dire cela à personne. »

2 mars : « Allez dire aux prêtres… »

Le mardi 2 mars, l’Apparition formule une dernière demande : « Allez dire aux prêtres qu’on vienne ici en procession, et qu’on y bâtisse une chapelle. »
Pour les croyants, une chapelle est une maison pour Dieu. Le lieu où célébrer la messe. La demande a été entendue. Aujourd’hui, durant la saison des pèlerinages, deux processions sont suivies quotidiennement : celle du Saint-Sacrement l’après-midi, et la procession mariale aux flambeaux chaque soir. Plus de cinquante messes sont célébrées chaque jour en différents lieux du Sanctuaire.

25 mars : l’Apparition révèle son nom

Le 25 mars 1858, en la fête de l’Annonciation, lors de la 16e apparition, Bernadette demande son nom à la Dame par trois fois : « Mademoiselle, ayez la bonté de me dire qui vous êtes ? ».
La Dame étend ses bras et les ramène sur elle en joignant les mains et levant les yeux vers le ciel, elle prononce avec une infinie douceur ces paroles : « Que soy era Immaculada Councepciou » (Je suis l’Immaculée Conception).
Bernadette ne comprend pas le sens de ces mots. Elle doit se les répéter tout le long du chemin jusqu’au presbytère où elle les lance au curé, l’abbé Peyramale. Submergé par l’émotion, il la renvoie aussitôt chez elle. Il est maintenant sûr de l’identité de la Dame. En effet, le dogme de l’Immaculée Conception a été promulgué en 1854. Il dit, qu’à la différence de nous tous, Marie a été conçue sans péché, et n’a jamais péché. L’Apparition est la Vierge Marie !

C’est au cœur du Carême, que Bernadette nous a rapporté l’appel du Ciel transmis par Marie, à changer notre cœur, sans aucune menace, avec une extrême douceur, mais d’une grande exigence. Une vraie conversion, pour trouver le chemin du seul vrai bonheur.
Allons aussi souvent que nous le pouvons boire à la source, allumer un cierge et prier devant le rocher de Massabielle, où ces deux jeunes filles nous ont montré la voie vers Dieu.