Bienvenue au Sanctuaire Notre-Dame de Lourdes

L’hommage aux morts de 14-18

17 juillet 2018 / Laurent Jarneau

De la terre de Verdun arrive à Lourdes

2018 est l’ultime année des commémorations liées au Centenaire de la guerre 14-18. A Lourdes, des initiatives ont été prises par des pèlerinages pour célébrer cet anniversaire. Ils ont surtout rendu hommage aux morts.

De la terre de Verdun (France)

Le Pèlerinage-Rencontre des anciens combattants rassemble tous les deux ans à Lourdes plus de 10 000 pèlerins. Cette année, les organisateurs ont tenu à mettre un accent particulier sur le Centenaire de 14-18. C’est ainsi qu’au cours de la célébration d’ouverture du pèlerinage, en la basilique Saint-Pie X, le 22 juin, une délégation venue de l’Est de la France a solennellement apporté de la terre prélevée devant l’Ossuaire de Douaumont, dans le célèbre secteur de Verdun.
La terre de Verdun a ensuite été déposée sur les hauteurs de Lourdes, à la Cité Saint-Pierre, à côté du monument de la Croix des prisonniers de guerre. Un peu de cette terre sera aussi déposé, le 11 novembre prochain, jour anniversaire des 100 ans de l’Armistice, lors de la cérémonie nationale, au monument au mort de la cité mariale.
La bataille de Verdun s’est déroulée de février à décembre 1916 : 300 jours et 300 nuits de combats acharnés, effroyables. Environ 300 000 soldats français et allemands portés disparus. L’ossuaire de Douaumont garde en son sein les restes des soldats morts sur le champ de bataille.

Des coquelicot d’Ypres (Belgique)

Les pèlerinages belges de Gand, Anvers, Bruges et celui de Montfort, simultanément présents à Lourdes mi-juillet, ont tenu à rendre un hommage communautaire aux combattants disparus dans le secteur d’Ypres pendant la Première Guerre mondiale. C’est l’après-midi du 22 avril 1915, que les soldats belges et français, cachés dans leurs tranchées, au nord d’Ypres, ont vu apparaître un étrange nuage au dessus des lignes allemandes. Il avait une coloration jaunâtre, et était poussé par le vent. Les Allemands venaient d’ouvrir simultanément 6000 bonbonnes contenant un gaz au chlore, mortel à haute dose. 180 000 litres de gaz ont été lâchés dans l’atmosphère. Les soldats français seront les premiers touchés. Il s’agissait de tirailleurs algériens et de réservistes bretons. Ils seront des centaines à mourir étouffés. Ceux qui tenteront de s’enfuir seront à leur tour rejoint par le nuage et succomberont dans les mêmes conditions. A Lourdes, au cours de la procession mariale aux flambeaux du 17 juillet 2018, quatre couronnes de coquelicots, emblématiques d’Ypres (Belgique), point crucial sur le front de la guerre et depuis lors devenue Ville de la Paix, ont été portées solennellement avant d’être déposées à la Grotte, près de la source. Juste avant le dépôt, le trompettiste du Sanctuaire, Alain Chérel, a interprété le Last Post. Un instant inoubliable d’une étonnante beauté et d’une incroyable force : le Ciel peuplé des disparus semblait toucher la Terre. Le Last Post se joue au clairon, tous les jours (ou presque) à 20h, depuis 1928, à la Porte de Menin, dans la ville d’Ypres, pour commémorer les 54 896 soldats et officiers du Commonwealth britannique disparus dans la région pendant la guerre 14-18. La cérémonie du Last Post est ouverte à tous. D’ordinaire la foule commence à se rassembler 30 minutes avant le début de la sonnerie.